Blog de Sonia Sarah Lipsyc

12 mai 2017

ÊTRE UNE FEMME, ÉTUDIER ET ENSEIGNER LE TALMUD

ÊTRE UNE FEMME, ÉTUDIER ET ENSEIGNER LE TALMUD

ENTRETIEN AVEC WENDY AMSELLEM PAR SONIA SARAH LIPSYC

Wendy Amsellem

Wendy
Amsellem

Dr Sonia Sarah Lipsyc

Sonia Sarah Lipsyc

Dr Sonia Sarah Lipsyc est rédactrice en chef du LVS et directrice de Aleph – Centre d’études juives contemporaines.

Pourriez-vous nous parler de votre expérience dans les études juives : où avez-vous étudié, quels étaient les cours que vous avez suivis ? Et qui sont les maîtres dont vous vous êtes inspirée ?
J’ai étudié dans une école de jour (Académie hébraïque de Five Towns et Rockaway) pour l’école élémentaire et l’école secondaire. Je suis ensuite allée en Israël à la Midreshet Lindenbaum 1 pour étudier pendant un an. Je suis retournée à Harvard College où j’ai pris quelques cours d’études juives, mais je me suis spécialisée dans l’Histoire et la Littérature de l’Amérique. Ensuite, j’ai étudié pendant trois ans dans le cadre d’un programme de Talmud et de Halacha (loi juive) au sein de l’Institut Drisha 2.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’étudier le Talmud ?
J’ai commencé à apprendre le Talmud en sixième année au cours de ma scolarité et j’ai toujours aimé ça. J’avais des professeurs inspirants au lycée et au-delà qui ont approfondi mon amour pour le Talmud.

D’où vient votre famille ?
La famille de mon père est d’origine marocaine, mais ils ont déménagé à Oran, en Algérie juste avant sa naissance. Il a grandi en Algérie. Cependant à l’âge de vingt ans, lorsque l’Algérie est devenue indépendante, lui et sa famille se sont installés en Israël. Ma mère est ashkénaze et incarne déjà la  troisième génération en Amérique.

Que diriez-vous aux gens de notre communauté sépharade qui pourraient être perplexes ou même penser qu’il est impossible pour une femme d’étudier le Talmud ?
Ce n’est certainement pas impossible et je pense qu’il est important que les femmes aient accès à tous les textes riches de notre tradition. Tant de nos lois et traditions sont basées sur et codifiées dans le Talmud, il serait triste de garder la moitié de notre population ignorante de celui-ci.

Où enseignez-vous ?
J’enseigne à Drisha et à la Yeshivat (école talmudique) Maharat 3 à New York.

Selon vous, quels sont les principaux changements dans la communauté orthodoxe, notamment en ce qui concerne l’évolution de la condition féminine ?
Le nombre de femmes qui reçoivent la semicha (ordination rabbinique) 4 aujourd’hui et qui trouvent des emplois à la tête de la communauté juive est enthousiasmant et fait avancer la communauté de façon positive.

Pouvez-vous vous définir comme une orthodoxe moderne et une féministe orthodoxe juive ?
Sûr ! 5

Quel est votre héritage sépharade et comment l’intégrez-vous à votre vie new-yorkaise – si tel est le cas ?
Mon héritage sépharade trouve son expression la plus claire lorsque je rends visite à ma famille marocaine en Israël. Si j’ai la chance d’être là-bas pour la fête de Pessah, j’aime participer à la mimouna 6 de notre famille. Ma sœur Addie, vit en Israël et nous essayons de nous rendre ensemble à la synagogue pour faire des sélitchot 7 aussi souvent que nous pouvons durant le mois hébraïque de Eloul. Si je suis à New York, Addie m’appelle parfois au cours de cette période pour que nous puissions chanter ensemble notre piyyut (poème liturgique sépharade) préféré. En septembre dernier, Addie s’est mariée et nous avons tous aimé nous habiller en costumes marocains et nous mettre du henné. Quand mon père est décédé il y a deux ans, j’étais inquiète que notre famille et la synagogue marocaine près de leur maison à Ashdod prêtent attention et respectent ma décision de dire le kaddish 8, mais ils y ont été généralement favorables.

 

 Notes:

1.La Midreshet Lindenbaum, (Jérusalem), anciennement Michelet Bruria, fondée en 1976 par le rabbin Chaim Brovender, a été l’un des premiers instituts, dans le monde orthodoxe moderne,  à proposer aux femmes des études de Talmud de haut niveau. Il a également mis sur pied une formation pour des femmes souhaitant être avouées rabbiniques et ainsi accompagner d’autres femmes au Tribunal rabbinique, notamment pour les affaires de divorce. Voir http://www.midreshet-lindenbaum.org.il/ Toutes les notes sont de la rédaction

 2. Drisha a été fondé en 1979 à New York par le rabbin orthodoxe moderne David Spilber. Voir http://drisha.org/

3.Il s’agit d’une yeshiva qui prépare les femmes à être MaHaRat acronyme de manhiga hilkhatit rouhanit Toranit, soit guide en matière de loi, spiritualité et Torah. En 2009 le rabbin Avi Weiss représentant la sensibilité « open modern orthodox » a ordonné la première femme MaHaRat, Sara Hurwitz actuellement doyenne de cette yeshiva. À Montréal, la Congrégation Shaare Shamayim a engagé, en 2013, la MaHaRaT Rachel Kohl Finegold. Voir http://www.yeshivatmaharat.org/

4.Le titre de MaHaRaT équivaut à une ordination rabbinique. Il faut relever aussi que dès le début du XXIe siècle, il existe des exemples de femmes orthodoxes (Mimi Feigelson, Eveline Goodman-Thau,  Aviva Ner David) ayant reçu une ordination rabbinique de la part de rabbins orthodoxes respectivement par les rabbins Shlomo Carlebach, Jonathan Chipman et Strikovsky. Sur l’ensemble de ce sujet notamment en Israël, voir l’article du jeune leader sépharade Gabriel Abensour, « L’émergence    d’un leadership féminin orthodoxe en Israël ». http://www.modernorthodox.fr/leadershipfeminin/

5. Il existe deux Forums importants de femmes juives orthodoxes et féministes : JOFA fondé en 1997 aux É.-U. et KOLECH, créé en 1998 en Israël. Voir https://www.jofa.org/ et https://www.kolech.org.il/en/

6.Est-il besoin de faire une note à ce sujet ? Alors pour les non initiés, le soir à l’issue de la fête de Pessah, dans les communautés juives d’Afrique du Nord et particuliè-rement marocaines, l’on mange, entre autres,  du couscous et des moufletas (crèpes) en se rendant d’une maison à l’autre.

7.À partir du début du mois hébraïque de Eloul et jusqu’au Yom Kippour (Grand pardon), les Juifs sépharades lisent ces demandes de pardons

8.Prière dite notamment par les endeuillés

Cet entretien est initialement paru sur dans le LVS, Avril 2017, (La Voix Sépharade), le magazine de la communauté sépharade du Québec et mis en ligne sur  le site du  LVS.


20 avril 2017

"Etre Juif hassidique et québécois" - Dossier spécial du magazine LVS- LA VOIX SEPHARADE Avril 2017

Le dernier numéro Pessah Avril 2017-5777 du LVS-La Voix sépharade, magazine juif québécois dont je suis la rédactrice en chef, est sorti ! Et pour la première fois, il sera vendu dans quelques kiosques de Montréal.

COUV LVS AVRIL 2017

 
Vous y trouverez vos rubriques habituelles couvrant l'actualité du monde juif au Québec et ailleurs, la culture sépharade et notre dossier spécial, pour ce numéro :  "Etre hassidique et québécois".

 

sommaire Pessah 2017(Sommaire du LVS. 45ème année. Volume 1. Avril 2017-Nissan 5777)

 Sept articles sur vingt cinq sont actuellement disponibles en ligne. 

Vous pouvez vous abonnez (2$ par numéro trois fois par an) en écrivant à acastiel@csuq.org.

- Mon éditorial et le mot de Henri Elbaz, président de la Communauté Sépharade Unifiée du Quebec (CSUQ).

- "Les "sortants" du monde hassidique", entretien avec Jessica Roda par Sonia Sarah Lipsyc.  

- "Etre une femme, étudier et enseigner le Talmud" entretien avec Wendy Amsellem par Sonia Sarah Lipsyc
- Un article de David Bensoussan  sur le dernier livre de Victor Teboul: "Les Juifs du Québec. In Canada we trust" 

- Un article de Ellie Benchetrit  sur le livre de Arieh Azoulay, "Jeunesse dans la tourmente. Les mouvements de jeunesse juifs au Maroc 1944-1964" (lien 5ème commentaire)
- Mon texte pour la fête juive de Pessah sur "Le personnage de Myriam dans la sortie d'Egypte".
- La chronique de Miléna Kartowski-Aïach, "Les enfants Yézidis réfugiés sur l'île de Leros : des résistants en quête de liberté"

Et aussi, dans la chronique, "Ils et elles ont publié", le clin d'oeil à Elodie Dray Naturo-diététicienne. au sujet de son dernier ouvrage portant sur le fait de manger Cacher et Bio.

Manger cacher et bio

 

Vous pouvez liker notre page LVS sur facebook : LVS-La Voix Sépharade.

Vous pouvez vous abonnez (2$ par numéro trois fois par an) en écrivant à acastiel@csuq.org.

Bonne lecture !

Sonia Sarah Lipsyc

"Que sait-on des commencements ? Lettre à ma filleule Catherine Shvets" dans Lettres d'ici et d'ailleurs, Fides, Montréal, 2017

"Que sait-on des commencements ? Lettre à ma filleule, Catherine Shvets" est le titre de ma contribution à cet ouvrage collectif d'une trentaine de personnes, Lettres d'ici et d'ailleurs sous la direction de  Rachida M'Faddel et Celine Larouche, aux éditions Fides, Montréal, 2017.

Ces femmes et ces quelques hommes de ce collectif, certain(e)s ici depuis des générations mais pour la plus part, immigrant(e)s de longue ou de fraîche date au Québec, s'adressent à un interlocuteur/trice réel ou fictif pour signifier quelque chose qui leur semble essentiel dans leur parcours. 
"Parfois coups de gueule, parfois tendres billets d'amour, les lettres qui composent cet ouvrage sont écrites par des femmes et des hommes engagés, épris d'un Québec inclusif et pluriel" (Extrait de la 4ème de couverture).

 

Lettres d'ici et d'ailleurs


Il s'agit de ma deuxième publication dans un ouvrage collectif au Québec.
Le lancement a eu lieu le 7 mars à 17h à la Maison des écrivains de Montréal. 

Sonia Sarah Lipsyc

Posté par Sonia Sarah à 22:46 - - Permalien [#]
Tags : ,

03 janvier 2017

"L'islamisme est-il une fatalité ?" - Dossier spécial du magazine LVS- LA VOIX SEPHARADE Décembre 2016

PARUTION DU NOUVEAU NUMERO du LVS-LA VOIX SEPHARADE de Decembre 2016- Kislev 5777 dont j'ai le plaisir d'être  la rédactrice en chef. 

Ce magazine qui en est à sa 44ème année est celui de la Communauté Sépharade Unifiée du Québec. Nous essayons d'en faire à la fois un magazine de référence en français sur le monde juif du Québec et d'ailleurs et de maintenir sa vocation de journal communautaire.

LVS Hanouca

Vingt quatre articles pour l'ensemble de ce numéro...Et des rubriques telle que la vie juive canadienne, culture juive et israélienne, culture sépharade, itinéraires de jeunes sépharades d'ici et d'ailleurs.

Tous les articles sont mis en ligne sur le site du magazine : http://lvsmagazine.com/ 

Pour mon édito, cliquez ici.

Au sommaire, le dossier spécial : "L'islamisme est-il une fatalité ?" : un entretien avec Stéphane Berthomet qui répond à mes questions : "Qu'en est-il de la menace islamiste au Canada ?". Vous trouverez un entretien de Annie Ousset-Krief avec Eric Debroise, "Islamophobie : mythe ou réalité ? La bataille des mots, le combat des idées" à l'occasion de la sortie d'un livre dont il a été l'un des maitres d'oeuvre, publié aux éditions Nord. Sud. Un article précieux de Evelyne Abitbol, sur ces hommes et femmes musulmans qui luttent contre l'extrémisme et l'islamisme : "Hommage à deux femmes et deux hommes, Elham Manea, Maryam Namzie, Raif Badawi et Kacem El Ghazzali". Un texte de David Bensoussan qui souligne également le combat de dignitaires musulmans contre Daech ou autres groupes. Le prof. Julien Bauer nous propose une analyse de 'L'islamisme en Israël" et Maurice Chalom nous livre sa chronique "Mektub or not Mektub?". 

Pour la dimension sépharade de notre magazine, vous retrouverez dans notre chronique « Itinéraires de jeunes sépharades d’ici et d’ailleurs », un beau texte de la philosophe Avishag Zafrani, "Paris-Casablance (le retour imprévu)" et la suite des carnets de route de Milena Kartowski-Ayache, "Réfugiés Yezides - Exiles-Damnés dans une Europe ébranclée. Tentative de témoignage par le théâtre." L’Israélien Adiel Kaspi nous propose un portrait du célèbre commentateur biblique Abraham Ibn Ezra (12e siècle) pour la rubrique « Découverte des figures du monde sépharade ».

Nous avons eu à cœur, en la matière, d’ajouter deux nouvelles rubriques. Ainsi dans « Coup de projecteur sur nous autres » nous mettons l’emphase sur les femmes et les hommes de notre communauté sépharade qui rayonnent dans notre cité montréalaise, notre belle Province du Québec et parfois au-delà. Vous (re)découvrez ainsi des mini portraits sur l’acteur Ariel Ifergan et le nouvel auteur Joseph Elfassi qui répondent aussi à notre questionnaire à la Proust et à la sauce sépharade.

« Culture sépharade » nous montre toute l’étendue de la créativité des gens de notre communauté et d’ailleurs. Cette fois-ci, la poésie de la Montréalaise Nelly Roffé à l’occasion de la publication de son ouvrage et une critique littéraire sur le livre "Revenir du silence" de Michèle Sarde, une Française dont la famille est originaire de Salonique, de  Elie Benchetrit.

« Le Monde juif » et « Vie juive canadienne » rendent hommage à des figures centrales du judaïsme ou de la culture juive, d’hier ou d’aujourd’hui. Ainsi Annie Ousset Krief nous parle de quelques figures marquantes qui nous ont quittés cette année comme Elie Wiesel, Shimon Perez ou l’ancien Grand Rabbin de France, Joseph Sitruck. Je rends également, à l'un des Juifs montréalais le plus célèbre au monde, un "Hommage Leonard, Cohen dans l'art". Amnon Suissa signe un beau portrait de Bob Dylan, cette année, prix Nobel de littérature. Nous avons également un article sur le Musée Juif de Montréal (MMJ) que peu connaissent et qui est pourtant actif dans notre cité et avec qui nous souhaitons développer des collaborations. Dans « Culture juive et israélienne », nous retrouverons un portrait de l’écrivaine Mikhal Govrin par Elias Levy qui continue ainsi à nous initier à toute une galerie de créateurs littéraires israéliens. « Apprendre l’hébreu par des jeux de mots et en souriant » à partir d’une méthode de Daniel Kenigsberg nous a semblé une judicieuse idée de cadeau pour enfants et adultes. La rubrique « Judaïsme » propose une traduction d’un piyout, poésie religieuse, chantée à Hanouca dans les communautés sépharades et la présentation du dernier livre de David Bensoussan sur un chant de shabbat.

Enfin, nous avons ajouté une page « Recettes de cuisine » avec des recettes tirées du livre de Gilberte Cohen-Scali, La cuisine sépharade marocaine des grands jours et du quotidien, de Stéphanie Borel que l'on peut retrouver sur sa page facebool : stepthncookchef et une recette d'Elie Benchetrit.

Bien sûr, « Vie communautaire » conclut ce magazine en offrant diverses informations sur la communauté sépharade québécoise.

Bonnes lectures !

Sonia Sarah Lipsyc

 

26 décembre 2016

Les quatre événements de ALEPH au Festival Sefarad 2016 de Montréal

Dans le cadre du Festival Sefarad 2016, j'ai organisé au sein de ALEPH et au sein de la Communauté Sépharade Unifiée du Québec, les 4 événements suivants qui se sont tous tenus au Centre Gelber, 5151 chemin de la Cöte St Catherine. Montréal. 

- 3ème Journée commémorative des réfugiés juifs des pays arabes et d'Iran

Journée commémorative des réfugiés juifs

JOURNÉE ANIMÉE PAR LA DR SONIA SARAH LIPSYC, EN PRÉSENCE DEZIV NEVO KULMAN, CONSUL GÉNÉRAL D’ISRAËL À MONTRÉAL ET DE KATHLEEN WEIL, MINISTRE DE L’IMMIGRATION, DE LA DIVERSITÉ ET DE L’INCLUSION

UNE ACTIVITÉ RÉALISÉE GRÂCE AU SOUTIEN DU CONSULAT GÉNÉRAL D’ISRAËL À MONTRÉAL

Les Juifs vivaient en terres arabes depuis des milliers d’années et beaucoup de leurs communautés ont précédé l’avènement de l’islam. Mais au 20e siècle, avec la montée du nationalisme arabe et le conflit au Proche-Orient, certains pays arabes ont commencé une campagne de violation des droits de leurs citoyens juifs. Les récits du départ des Juifs des pays arabes diffèrent dans le détail, selon leur pays d’origine et d’une famille à l’autre.

Après un discours inaugural de Mme la Ministre KATHLEEN WEILet de Ziv Nevo Kulman, consul général d’Israël à Montréal, cette journée débutera avec la projection du documentaire d’Hélène Trigano, "Fragments de la mémoire sépharade," suivie d’une discussion avec la réalisatrice franco-israélienne.

Un hommage sera rendu par Rose Simon Schwartz à Moïse Rahmani, auteur récemment disparu et qui écrivit sur le sujet.

À 20 h, le Dr Stanley Urman (Montreal/New Jersey) prononcera une conférence magistrale sur le thème de La reconnaissance des droits des réfugiés juifs des pays arabes et d'Iran par les instances internationales et gouvernementales. Modérateur : David Bensoussan 

Dimanche 27 novembre de 16h à 22h.

La communauté sépharade unifiée du Québec est l'une des communautés juives qui commémore cette journée du 30 novembre depuis son institution par la Knesset, assemblée nationale, d'Israël en 2014.

- LE LIVRE DU POURQUOI SUR LES COUTUMES SÉPHARADES, conférence du Rabbin Ilan Acoca sur son livre

Jeudi 1 décembre à 19h.

The Sephardic Book of Why 

 

- Dimanche 4 décembre 2016 : DANS LE CADRE DU PROJET POUR UNE CITOYENNETÉ RÉUSSIE ENTRE JUIFS, BERBÈRES ET ARABES, ORIGINAIRES D’AFRIQUE DU NORD AU QUÉBEC : "HOSPITALITÉ ET RAPPORT À L’AUTRE OU APPRENDRE (DE) L’AUTRE" (panels, conférence, conte, expositions e reobes et bijoux kabyles).ACTIVITÉ PARRAINÉE PAR LE MINISTÈRE DU PATRIMOINE CANADIEN. EN PARTENARIAT AVEC L’AMITIÉ QUÉBEC-KABYLIE

POur une citoyenneté réussie

 14 h - PANEL 1 : Culture majoritaire, culture minoritaire

  • Dr Rachida Azdouz (UDM), « L’accommodement raisonnable : mesure intégrative ou ségrégative ? »
  • Professeur Georges Leroux (UDM), « Apprendre la culture de l’autre au travers du cours Ethique et Culture religieuse »

15 h - PANEL 2 : L’autre dans les traditions monothéistes

  • Aziz Fares, journaliste et Dr Sonia Sarah Lipsyc, directrice d'Aleph, Centre d’études juives contemporaines, « L’autre et ses vulnérabilités dans les traditions juive et musulmane ».

16 h - Spectacle :

  • « La kass'a (marmite) qui accouche et autres contes humoristiques de  Joha », conte interprété par Oro Anahory Librowicz

17 h - Farida Zerar, enseignante :

  • « Diversité et altérité dans la culture kabyle »

Il s'agit de la 2ème activité dans le cadre de ce projet puisque il y eut le dimanche 18 septembre une journée de réflexion sur les Migrations Comparée en partenariat avec la Faculté d’Aménagement, UDM et le groupe Histoire Femmes Genre et Migrations (HFGM), UQAM. Pour voir le programme de cette journée cliquez ici.

Pour en savoir plus sur l'ensemble de ce projet pour leque la CSUQ a reçu un mandat jusqu'en mars 2018, cliquez ici.

- "JUDAÏSME ET PENSÉE GRECQUE COMME SOURCES PLURIELLES DE L’OCCIDENT" conférence de Jacques Attali, dimanche 11 décembre à 11h à partir de son livre écrit avec Pierre-Henri Salfati, Le destin de l'occident. Athènes, Jérusalem, Fayard, 2016.

Cliquez ici pour en savoir plus.

Sonia Sarah Lipsyc

 

20 octobre 2016

Comment les Marx Brothers déboulèrent dans la cabane de Yentl durant la fête juive de Souccot [1]? 9ème épisode de....

9ème épisode de....YENTL EST DE RETOUR

Yentl est de retour

 

9ème épisode de mon feuilleton littéraire "Yentl est de retour" mis en ligne sur  la Revue juive, francophone et pluraliste Tenoua dont la directrice de publication est le rabbin Delphine Horvilleur et le rédacteur en chef Antoine Strobel-Dahan.

Je vous en rappelle l'intrigue : "Yentl s’est échappée du texte d’Isaac Bashevis Singer, son auteur, et nous raconte ses aventures. Elle a choisi Sonia Sarah Lipsyc comme porte-plume qui rapporte ici fidèlement ses conversations avec Yentl."

Chaque trimestre, Tenou’a vous livre un nouvel épisode de Yentl is back, en exclusivité.

Épisode 9 : Comment les Marx Brothers déboulèrent dans la cabane de Yentl durant la fête juive de Souccot [1]?

Résumé du premier acte du 9ème épisode :

À l’approche de la fête juive de Souccot (qui se déroule justement maintenant), le porte-plume de Yentl l’interroge pour ne pas dire la titille sur ses obligations au regard de la loi juive. Est-ce que les personnages échappés de leurs textes sont tenus d’accomplir les commandements de la Torah ? De plus, en qualité de qui Yentl les réalise-t-elle ? En tant que femme, alors que ces dernières sont dispensées de faire un certain nombre de commandements ? En tant que femme travestie en homme mais a-t-on le droit de transgresser un commandement (ne point se travestir dans le sexe opposé) pour remplir une obligation ? De surcroît : Yentl est-elle juive puisque que son géniteur monoparental était un homme et que la judéité ne se transmet le plus souvent que par la femme ? Et les voilà embarqué(e)s dans un échange juridique de haute voltige métaphysique alors que des invités bien surprenants s’apprêtent à entrer dans la Soucca, la cabane, entre les deux mondes, de Yentl.

 Pour lire cet épisode dans son intégralité : CLIQUEZ ICI

La série « Yentl is back » est un manuscrit déposé à la SACD.

Bonne lecture et bonne fête de Souccot !

Sonia Sarah Lipsyc

08 octobre 2016

"Où vont les Juifs de France ?" - Dossier spécial du magazine LVS- LA VOIX SEPHARADE Sept 2016

PARUTION DU NOUVEAU NUMERO du LVS-LA VOIX SEPHARADE de Septembre 2016- Tichri 5777 dont j'ai le plaisir d'être devenue la rédactrice en chef ! Ce magazine qui en est à sa 44ème année est celui de la Communauté Sépharade Unifiée du Québec.

Tous les articles ci dessous sont mis en ligne sur le site du magazine : lvsmagazine.com

 

LVS Sept

 

Au sommaire, le dossier spécial : "Où vont les Juifs de France?"
Avec un entretien "Comment se déroule la venue des Juifs français au Québec?" que j'ai mené avec l'équipe du projet Initiative France (Laetia Sellam, Philippe Elharar et Monique Lapointe) de l'agence Ometz de la Fédération Juive et qui donne beaucoup d'informations pour les personnes intéressées par une immigration au Québec. Une interview de Salomon Malka par Annie Ousset-Krief au sujet de son dernier livre "Le grand désarroi des Juifs de France"; une chronique de Maurice Chalom, "Partir"; "Etre médecins français, Juifs pratiquants et vivre dans la campagne québécoise" par Dr Quentin Gobert; une réflexion instructive d'Emmanuel Bloch sur le judaisme américain; un article très éclairant de Dov Maimon sur les défis de "l'alya" (la montée) des Juifs en Israël replacée dans le contexte des immigrations sépharades, lorsque c'est le cas, sur plusieurs générations. 
Ce numéro comporte d'autres rubriques et entretiens dont un entretien de Elias Levy avec Jean Birnbaum sur le" Djihadisme et l'antisémitisme dans la France d'aujourd'hui". Un rappel pertinent de David Bensoussan sur les écarts de certaines déclarations de l'Unesco sur Israël. "Une histoire de l'antisémitisme au Canada", un entretien d'Annie Ousset-Krief avec le Prof Robinson à l'occasion de la sortie de son livre en anglais à ce sujet. Un entretien sur le vivre ensemble entre Juifs et Musulmans au Québec avec Raphaël Assor et moi même. Un article de Sharon Gubbay Helfer sur la plus ancienne synagogue du Canada, la Spanish and Portuguese datant de....1768. Un entretien d'Elias Levy avec l'écrivain israélien Eshkol Nevo. Un fragment de ce qui sera peut-être un carnet de route des pérégrinations de l'artiste et chercheure Miléna Kartowski-Aïach. Un compte rendu de Alexis Ibgui sur le voyage au Maroc, au Portugal et en Espagne d'un groupe du jeune leadership de la Communauté Sépharade Unifiée du Québec. Une notice biographique de David Bensoussan sur la vie et l'oeuvre du rabbin marocain Rabbi Joseph Knafo (19ème siècle)."La comptabilité de l'âme", un texte du rabbin Avi Finegold à l'occasion des fêtes juives solennelles du mois hébraique de Tichri (Nouvel an et jour du grand pardon). 
Et Vie communautaire consacrée aux Nouvelles de notre communauté.
Tous ces articles sont en ligne avec en plus en ligne uniquement,un article du rabbin Avi Finegold sur le "jewishlab", un institut d'études juives qu'il a crée en anglais et à Montréal.
Je vous laisse découvrir ce numéro et vous souhaite à l'occasion de ce nouvel an hébraique, une bonne et heureuse année 5777.
Sonia Sarah Lipsyc

Posté par Sonia Sarah à 20:40 - - Permalien [#]
Tags : , ,