Trop souvent, les femmes juives ressentent une dichotomie entre leur place de citoyenne dans la société française et leur condition au sein des communautés juives. A l’heure de la parité, pourquoi y-a-t-il si peu de femmes au sein des instances dirigeantes des communautés et institutions juives de France ? Pourquoi les jeunes filles et les femmes ont-elles difficilement accès à l’étude talmudique en France, clef de la connaissance de la loi juive, alors qu’elles peuvent s’initier à tous les savoirs ? Quels sont les moyens mis à leur disposition afin de les aider à obtenir leur divorce religieux (guet) dans de meilleures conditions ou à exprimer les violences conjugales dont elles peuvent être victimes ? Peut-on parler de la montée d’un fondamentalisme juif en France qui aurait de quoi inquiéter les femmes et les hommes qui souhaitent conjuguer tradition et modernité au sein de leurs judaïsme et communautés ? C’est à toutes ces questions que je tenterai de répondre en m’appuyant sur l’enquête « Femmes et judaïsme en France 2006» que j’ai réalisée pour la WIZO (Women International Zionist Organisation) France ainsi que sur le combat qu'a mené le Comité pour l'éligibilité des femmes au Consistoire du Bas-Rhin.

Cette conférence aura lieu le mercredi 25 avril 2007 à 20h30 au CCJV (Centre Culturel Juif de Villeurbanne) avec la collaboration de la WIZO et du Bné Brith.

Pour une large présentation de cette conférence, vous pouvez écouter l’interview en deux parties du 17.04.07 sur Radio Judaïca Lyon. Je réponds aux questions de Patricia Dray, animatrice de l’émission sur les Livres, et à celles d'Hélène Sabbah : Interview_1 : Le divorce religieux  (guet) et les violences faites aux femmes  (15m) et Interview_2 : L'étude du Talmud par les femmes (12m)